Lire et s'évader

« La femme au carnet rouge » : roman coup de cœur

la-femme-au-carnet-rouge

Un roman comme je les aime, un conte de fées moderne avec pour toile de fonds Paris, les livres, un jeu de cache-cache à taille réelle, une histoire d’amour entre un homme qui s’improvise détective et une femme qui reste introuvable…

Un sac à main mauve volé puis abandonné par le malfaiteur à quelques rues de là où habite et travaille Laurent, libraire parisien.

Des affaires de femmes, des souvenirs, des cailloux, mais surtout un carnet rouge qui lui donne l’envie de retrouver sa propriétaire

De fil en aiguille, cette quête de la femme qui en est la propriétaire se transforme en quête amoureuse, romantique, bienveillante, presque timide et certainement maladroite…

On se prend au jeu, on a envie qu’ils se rencontrent, qu’ils s’aiment et que ce conte de fées se transforme en histoire d’amour bien réelle…

C’est très bien écrit, on s’identifie à cette femme et on ne peut s’empêcher de se dire : « j’aimerais bien moi que quelqu’un se mette en quête de me retrouver grâce à un carnet de pensées, qui est interdit à tous mes proches, amis ou amants ! ».

Courez l’acheter c’est un très beau roman, qui fait du bien à lire !

Je vous en offre un extrait :

« Laurent s’était dit que tout cela n’allait pas pouvoir durer, qu’il avait depuis longtemps franchi la ligne jaune. En passant du bel acte citoyen énoncé par le policier au feu de cheminée chez Laure, il s’était rendu coupable de violation de domicile. Son enquête de débutant s’était déroulée à la manière d’un rêve et lorsque tout s’arrêterait – ce qui n’allait pas manquer d’arriver – il se demanderait si ces quelques jours avaient vraiment eu lieu. Pour l’heure, il se sentait rassuré dans ce décor étranger aux lumières douces et n’avait aucune envie de retourner chez lui. Il lui semblait ne pas avoir éprouvé un tel sentiment de quiétude depuis plusieurs années, le temps se dilatait au rythme des craquements du feu de cheminée. Quelques instants avant de sombrer dans le sommeil, il s’était persuadé qu’il pourrait passer le reste de ses jours dans ce canapé, un chat noir endormi sur les genoux, à attendre le réveil et le retour d’une femme inconnue ».

Les références :

La femme au carnet rouge – Antoine LAURAIN

Éditions « J’ai Lu »  /  Publié en 2014 par Flammarion

Plus d’informations sur son auteur en cliquant sur ce lien.

Vous devriez aimer

2 Commentaire

  • Répondre
    Pascale
    27 mars 2016 at 15 h 28 min

    Je suis tout à fait d’accord avec ces lignes. J’ai littéralement avalé ce livre. Une fois commencé on ne peut plus le lâcher et ça fait du bien… Mais c’est trop court

    • Répondre
      Fanny
      28 mars 2016 at 19 h 18 min

      Oui, trop court !!! On en veut encore !

    Laisser un commentaire

    error: Content is protected !!