Afrique du Sud

Roadtrip en Afrique du Sud, de Cape Town à Port Elizabeth

Fermez les yeux, et imaginez : je vous emmène avec moi en Afrique du Sud ! Des images vont vous venir en tête : des animaux sauvages qui s’ébrouent dans l’herbe sèche, le mythique Cap de bonne espérance, l’impressionnante Montagne de la Table qui trône aux milieu des gratte-ciels… Impossible de ne pas penser non plus au visage bienveillant de Nelson Mandela, qui symbolise, à lui seul, l’histoire douloureuse de ce pays et la lutte pour la liberté. J’avais tout cela en tête en tête en prenant le vol d’Air Austral depuis La Réunion. J’étais un peu survoltée, incroyablement enthousiaste à l’idée de poser le pied pour la première fois sur le continent africain et de réaliser ce roadtrip en Afrique du Sud en famille. Je pensais à ma team Les exploratrices qui ont pour ce continent un intérêt particulier. Ce fut un voyage étonnant, différent de ce à quoi je m’attendais. Des émotions intenses, quelques déceptions, des heures de contemplation : je vous dis tout sur mon roadtrip en Afrique du Sud, réalisé en août 2017 (clairement pas la meilleure période pour visiter l’Afrique du Sud !) !

Notre roadtrip en Afrique du Sud

Le pays est grand, nous n’avions que 2 semaines devant nous : il a fallu faire un choix. J’ai choisi de me cantonner au sud : Le Cap et Port Elisabeth en passant par la route des jardins. Nous avons fait l’impasse sur le célèbre parc Kruger, trop éloigné de notre itinéraire, mais on a fait un petit détour pour visiter le Addo Eléphant Parc. J’ai donc privilégié Le Cap (4 nuits), Hermanus (1 nuit), Knysna (3 nuits), Parc Tsitsikama (1 nuit), parc Addo (2 nuits) et Port Elizabeth (2 nuits).

1- Cape Town ou Le Cap

Cape Town est une ville lovée dans un écrin somptueux : des grandes plages de sable blanc battues par les vents, une luminosité exceptionnelle et cette fameuse montagne de la table. Elle est de plus réputée pour être une des villes les plus sûres d’Afrique du Sud, en restant dans les sentiers battus tout de même. Pour toutes ces raisons, Cape Town est plébiscitée par les voyageurs et est devenue rapidement incontournable dans les circuits touristiques.

La montagne de la table

Que dire de cette montagne, immense et incroyablement présente, qui surplombe la ville ? Nous sommes arrivés de nuit et avons découvert au petit matin ce spectaculaire rocher, auréolé d’un voile de brume, qui semble contempler ses habitants de toute sa hauteur. La Montagne de la table est l’emblème de Cape Town. La ville n’est pas si grande ; partout où vous irez, il vous suffira de lever la tête pour apercevoir cette montagne somptueuse.

Des milliers de touristes se pressent tous les jours pour monter au sommet, et la quasi-totalité d’entre eux choisissent d’emprunter le téléphérique, connu pour être l’un des plus impressionnants du monde. De ce fait, il y a un monde fou. Achetez vos billets à l’avance, et allez-y plutôt à l’ouverture, ou vous risquez fort de faire le pied de grue pendant 2 à 3 heures pour pouvoir admirer la vue. Autre possibilité : vous pouvez y aller à pied. Un panorama de dingue, une chance unique d’apercevoir la faune locale (marmottes, bouquetins…), et surtout l’opportunité d’éviter la horde des touristes : perso, j’aurais signé tout de suite, mais mes deux hommes n’étaient pas aussi enthousiastes que moi à l’idée de marcher des heures.

Une fois là-haut, c’est un panorama unique qui s’offre à vous, une vue magnifique, partout où vous poserez les yeux. N’hésitez pas à vous perdre sur les sentiers, à vous éloigner de cette foule qui a tendance à s’agglutiner à proximité immédiate de l’accès au téléphérique. On oublie trop souvent que la montagne de la table est un parc national qui s’étire sur des dizaines de kilomètres !

Bo-kaap

Le quartier instagrammable par excellence ! Difficile de ne pas tomber sous le charme de ce quartier coloré, situé sur les collines de Silent Hill. Des murs aux couleurs acidulées, vitaminés, qui font joliment écho au surnom de l’Afrique du Sud : le pays arc-en-ciel.

Robben Island

Je voulais vraiment y aller. L’histoire de Nelson Mandela est si douloureuse qu’il me semblait important d’aller sur cette île maudite où il a vécu tant d’années. Mais il n’y a que 3 trajets/jour, et l’endroit est pris d’assaut par les touristes : il est donc nécessaire de booker ses billets plusieurs jours à l’avance, et non pas au dernier moment comme certaines… Et comme je persiste à ne pas organiser mes voyages (mon crédo : en vacances, j’oublie tout et je ne planifie rien ! Ne pas savoir d’avance ce que je vais faire sur place me donne un sentiment de liberté absolu (oui, oui!), comme si je partais à l’aventure ahah ). Bref, ne faites pas comme moi, et soyez prévoyantes !

Waterfront

Le Waterfront est quasi incontournable. Ici, il y a une multitude de magasins et de restaurants ; beaucoup d’activités et de loisirs sont possibles (parmi lesquelles : un sympathique aquarium, une grande roue qui permet d’admirer la ville, un petit train qui raviront vos petits). Sous un ciel bleu, le site est vivant et agréable à parcourir. Toutefois, à mon humble avis, l’endroit manque franchement d’authenticité et, cadre somptueux mis à part, ressemble à n’importe quelle zone commerciale.

Africa Café

Je voulais aussi partager avec vous un resto que j’ai beaucoup aimé : l’Africa Café. Ici, ils vous proposent une large sélection de plats traditionnels : des saveurs surprenantes et délicieuses, servies en quantité astronomique dans une ambiance festive : vraiment très chouette ! Site Internet

Notre exploratrice Fanny vous recommande trois adresses à Cape Town :

  • L’hôtel One & Only : l’un des plus beaux hôtels dans lesquels j’ai séjourné. Se réveiller avec la Table Mountain en face de vous, ça n’a pas de prix !
  • Le restaurant Aubergine : un cadre chic, une belle carte des vins, des mets succulents ! De quoi passer une agréable soirée. Site Internet
  • La visite des jardins botaniques Kirstenbosch : situés dans la banlieue chic de Cape Town, ils présentent une grande variété de plantes d’Afrique australe.

2- Le Cap de Bonne Espérance

Rien que son nom est évocateur… C’est notre exploratrice Fanny qui a eu l’occasion de faire, à deux reprises, cette excursion. C’est le bout du bout de l’Afrique, un endroit assez sauvage où il n’est pas rare de croiser des autruches et beaucoup d’oiseaux et, dans la réserve naturelle, des babouins, plusieurs espèces d’antilopes, des reptiles, etc.

Conseil : si vous avez l’occasion, faites une sortie en speedboat ! C’est un des meilleurs souvenirs que j’ai ! Le départ se fait depuis le port de pêcheurs de Hout Bay.

3- Stellenbosch et sa région

A quelques encablures de Cape Town débute la mythique route des vins. Au pied des montagnes s’étirent des kilomètres de vignobles, promesse absolue de bons moments. L’occasion parfaite pour goûter les vins sud-africains qui sont, de nature, plus toniques et plus forts que nos vins français. Certaines exploitations font même restaurant et proposent de mets qui s’associent à merveille avec les vins commandés. Je m’étais renseignée et je fantasmais déjà : goûter des saveurs délicieuses sous un dôme de ciel bleu avec vue sur les vignobles, quel bonheur incommensurable ! J’avais repéré un restaurant sur TripAdvisor : le Clos Malverne, un restaurant gastronomique. Mais vous connaissez le proverbe « L’homme fait des projets, Dieu rigole » ? Une pluie violente s’est abattue sur la région, et évidemment, le resto que j’avais repéré était overbooké. Là encore, je ne saurai trop vous conseiller de prévoir un minimum les visites ou restos que vous tenez absolument à faire.

Nous avons continué vers Stellenbosch. Incontournable Stellenbosch ! Point d’orgue de la route des vins, cette petite ville est absolument charmante, même sous un ciel gris. Nous ne nous sommes attardés que quelques heures, sur le trajet Le Cap-Hermanus ; mais cette bourgade méritait clairement plus qu’une visite éclair.

Nous nous sommes arrêtés dans un restaurant extraordinaire – oui, oui, je pèse mes mots ! Amis explorateurs, si vous avez l’occasion de vous arrêter au Hussar Grill, n’hésitez pas une seule seconde. Nous avons pris là un des repas les plus mémorables de notre vie : une viande de bœuf absolument parfaite, goûteuse et tendre à souhait, un vin délicieux qui se mariait divinement avec les plats servis, un service sympathique et agréable. Site Internet

Notre exploratrice Fanny vous recommande deux adresses à Stellenbosch :

  • Faire une dégustation de vin au Delaire Graff Estate, suivie d’un déjeuner dans leur restaurant éponyme. La vue sur la vallée, depuis la plus haute crête du passage du Mont Helshoogte, reliant Stellenbosch et Franschhoek, vous accompagne pendant un moment hors du temps. Il est possible de séjourner dans l’un de leurs lodges… Toutes les informations sont ici !
  • Visiter Franschhoek, le « coin des Français » pour la minute chauvine ! C’est là que les Huguenots français avec les colons hollandais ont débuté au 17ème siècle la culture de la vigne.

Crédit photo : Delaire

4- Simon’s beach

A environ 45 minutes de Cape Town, vers le sud, se trouve ce site qui commence à être archi-connu : La fameuse plage des pingouins ! L’entrée est payante, et même s’il s’agit d’une petite somme, c’est un poil déstabilisant de devoir payer pour accéder à une plage. Mais soit, nous sommes partis vers l’observation de ces drôles d’oiseaux, qui vivent par centaines au bord de l’océan. Le site est relativement bien aménagé et on peut admirer à loisir ces animaux so cute sur des passerelles en bois. Ces manchots vont et viennent, avec leur démarche irrésistible, sans se soucier des flashs qui crépitent à tout va. C’est vraiment une chouette visite, et pour peu que vous soyez avec des enfants, vous êtes assurés de voir des étoiles briller dans leurs yeux.

5- Hermanus

Hermanus est mondialement connue pour l’observation des baleines. En hiver (de juin à octobre), l’endroit est idéal pour les observer. S’il est possible de prendre un bateau pour voir de plus près ces incroyables mammifères, il est parfois suffisant de se balader sur le sentier littoral pour voir des dizaines de baleines faire le show. Bon, nous n’avons pas eu le plaisir d’observer ces gracieux mastodontes. La pluie a gâché nos plans et nous avons quitté Hermanus assez rapidement pour tenter de rattraper un peu de ciel bleu.

6- Knysna

A premier abord, la ville n’a rien d’exceptionnel. Mais il suffit de laisser cette bourgade un peu ennuyeuse derrière soi et de pousser vers Knysna Heads pour changer d’univers. La vue sur l’océan déchaîné, une certaine douceur de vivre, une jolie lumière : j’ai été séduite par cet endroit. Nous nous sommes installés pour 3 jours dans un ravissant chalet en bois à flanc de colline, avec une vue canon sur la lagune, Under Milkwood Resort. Nous y étions bien, dans ce nid douillet et confortable, surtout quand la tempête faisait rage à l’extérieur. Et quand le soleil a daigné montrer le bout de son nez, nous avons visité les alentours. Site Internet

Nous avons notamment visité le Knysna éléphant park, qui est un parc qui accueille les bébés éléphants. Pas du tout le même concept que les grands parcs animaliers, comme le Addo ou le Kruger, où les animaux s’observent de loin. Ici, on approche au plus près des mastodontes, on les nourrit, on prend de jolies photos, on écoute les explications. Moins authentique, mais assez chouette finalement et mon fils a beaucoup aimé !

Coup de cœur pour East Head Café, ravissant petit café/resto idéalement situé. Nous avons pris notre petit déjeuner 2 jours durant face à une mer furieuse et superbe – nous avons même aperçu un phoque ! Le personnel est super sympa, et j’ai adoré leur petit déjeuner à base de produits frais. Et leur café moka est à tomber ! Site Internet

7- Tsitsikamma Park

Quand je voyage, j’adore aller dans les parcs nationaux. Les forêts sont pour moi une source d’émerveillement sans cesse renouvelée, et j’aime immensément découvrir ces concentrés de nature à travers le monde. Le Tsitsikamma park était donc un passage obligé pour moi : des paysages de fou, des randos et des balades à travers la forêt ou au bord de l’océan. Le pont suspendu est le clou du spectacle, l’emblème absolu de ce petit parc littoral, mis en valeur dans toutes brochures. Pour s’y rendre, nous avons traversé Nature’s Valley et sa Route des jardins.

Mais – ô rage, ô désespoir – à cause d’une forte houle combinée à une pluie incessante, le parc a dû temporairement fermer ses portes. Nous avons toutefois profité d’une petite accalmie pour visiter le Big Tree. Il s’agit de découvrir l’arbre de tous les superlatifs ; jugez plutôt : 9 m de circonférence, 37 m de hauteur et près de 1000 années au compteur. Très impressionnant : l’expression « se sentir petit face à la nature » prend alors tout son sens ! Pour accéder au Big Tree, il faut parcourir environ 1 kilomètre au cœur d’une forêt tropicale – dommage que, comme souvent, l’accès soit payant, d’autant que le site n’est pas véritablement aménagé : il n’y a sur place aucune pancarte, ni aucune brochure sur ce géant vert.

8- Addo Elephant Park

A quelques encablures de PE se trouvent le Addo Elephant Park. S’il n’est pas aussi grand que le mythique Kruger, il mérite amplement une visite. Ce parc se targue en effet de posséder sur ces terres le big 7 (en plus de l’éléphant, du rhinocéros, du lion, du buffle, du léopard, on peut aussi voir la baleine et le requin blanc) puisque le parc possède une bande littorale. La savane, telle qu’on peut l’imaginer ou la rêver. Un concentré de wildlife, qui a enchanté toute la famille. D’autant plus que le beau temps, cette fois, était de la partie – alléluia !

C’est avec fébrilité que nous sommes allés à la recherche d’animaux sauvages. Et des animaux, il y en a ! Des kudus (ces gracieuses gazelles), des phacochères rigolos, des autruches empotées, de majestueux éléphants (le parc en compte près de 450 !). En revanche,  point d’autres Big 5 à l’horizon.

Concernant l’hébergement, vous pouvez loger à l’intérieur ou à l’extérieur du park. Perso, nous avons jeté notre dévolu sur un lodge typiquement africain : le Addo Afrique Estate. Situé à une dizaine kilomètres de l’entrée nord du parc, l’établissement au luxe discret domine une vallée et offre une vue sans pareille sur le parc Addo. La vue sur la savane est y exceptionnelle ! Au petit matin, c’est un bonheur absolu d’observer ces animaux voguer en toute liberté. J’ai passé de longs moments à m’imprégner des moindres détails de ce tableau (avec la chanson du Roi Lion en tête!). Site Internet

9- Port Elizabeth

PE – comme l’appellent les Sud-africains – a été le point final de notre voyage. Un port industriel gigantesque qui enlaidit le littoral, un centre-ville dénué de charme et une ambiance plutôt morose : cette grosse ville ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Conclusion sur mon roadtrip en Afrique du Sud

Malgré tout ce que je vous ai cité, je n’ai pas été particulièrement séduite par ce pays. Certes, les paysages sont grandioses, et cette immersion dans la savane africaine est un souvenir merveilleux que je n’oublierai pas de sitôt. Il est probable que la météo capricieuse ait influencé mon jugement. Mais de façon plus générale, j’ai souvent ressenti un certain malaise en visitant le pays arc-en-ciel.

Petite anecdote qui me semble révélatrice : dans un restaurant à Cape Town, mon fils observe le ballet des serveurs, et de toute son innocence, me pose cette question incroyable : « pourquoi ici c’est que les blancs qui mangent au restaurant, et les noirs qui servent ? ». Une réalité dérangeante, perçue par un enfant de 5 ans.

Sous bien des aspects en effet, j’ai eu le sentiment que l’apartheid était toujours d’actualité. Si les célèbres panneaux « white only » qui ont été massivement relayés dans les médias il y a une trentaine d’années ont disparu du paysage, le vivre-ensemble ne semble pas à l’ordre du jour. Les blancs et les noirs travaillent ensemble, mais ne se mélangent pas : je ne crois d’ailleurs pas avoir vu un seul couple mixte durant mes 2 semaines sur place.

Les villas cossues ne sont parfois qu’à un jet de pierre des townships insalubres (townships qui ne sont rien d’autre que des gigantesques bidonvilles : une réalité choquante dans un pays pourtant riche, qui compte de nombreuses ressources naturelles. Cet article reprend une série de photos qui me semblent parlantes.

Crédit photo : mrmondialisation.org

L’Afrique du Sud reste, 20 ans après l’apartheid, l’un des pays le plus inégalitaires du monde. Aujourd’hui encore, 47% des noirs vivent sous le seuil de pauvreté.

Pour mon premier voyage en Afrique, je me faisais une joie de poser le pied sur cette terre mythique, ce berceau de l’humanité, ce continent fascinant aux cultures millénaires (j’ai conscience que ça sonne un poil caricatural !). Ce fut une déception : L’Afrique du Sud – ou du moins Le Cap et la route des jardins – est une Afrique blanche, qui ressemble profondément à un pays européen. J’étais déroutée : j’avais le sentiment que les cultures millénaires noires, qui existaient avant même l’arrivée des blancs, avaient été niées, gommées, effacées.

Et parmi ceux qui y sont allés, y en a-t-il qui partagent – ou pas – mon point de vue ? Si le cœur vous en dit, laissez-moi un commentaire et racontez-moi votre ressenti ! A bientôt les Explos !

Camps Bay

3 Commentaire

  • Répondre
    Caroline
    16 mai 2018 at 4 h 08 min

    C’est un pays où je ne suis jamais allée. Comme toi je suis très attirée par le continent africain. Et j’ai adoré mon voyage au Benin . Mais en effet ça ne me surprends pas ton retour et le choc de l’avion segregation toujours présente . Je comprends ton sentiment , honnêtement je pense que j’aurais eu le même . L’Afrique du sud est sur l’an liste des destinations que j’ai envie de visiter mais du coup je me pose la question car je suis plus sensible à l’atmo Qu’aux paysages au final … merci pour ce retour honnête

  • Répondre
    Mélanie
    12 avril 2018 at 11 h 35 min

    Super article! Pour y être allée en famille plusieurs fois pour rendre visite à nos tres bons amis sud africains, je ne peux que recommander la région du West Cape. Magique! N oublions pas que 20ans , depuis la.fin de cette dure période d apartheid, ce n’ est rien sur le histoire de ce pays! Les nouvelles générations font tous pour aller dans le même cheminement que Mandela avait déjà tracé. Un conseil de lecture pour encore mieux comprendre l histoire douloureuse et tellement compliquée de ce pays : Un arc en ciel dans la nuit de Dominique Lapierre. Je l ai dévoré 😉 en tout cas merci Aurélie de partager cette belle expérience enrichissante pour vous comme pour vos petits bouts de chou !

    • Répondre
      Aurélie l'exploratrice
      13 avril 2018 at 19 h 47 min

      Merci Mélanie pour ton retour ! Tu as tout à fait raison, il faudra probablement du temps pour se remettre d’un passé aussi lourd, Mais j’avais à cœur de partager mon ressenti. Yes, je l’ai lu ce bouquin, j’ai beaucoup aimé ! Très intéressant et très instructif …

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    error: Content is protected !!