Déjeuner / Diner à Paris

Dear Muesli : interview des fondateurs

dear-muesli-4-packs-zoom

Que celle qui n’aime pas le muesli homemade parle maintenant ou se taise à jamais !! Ornella et moi, on en est fan. On pense même que le meilleur repas de la semaine est le brunch ! Et un brunch sans granola, c’est comme avoir un jardin sans plantes (private joke !).

J’avais à cœur de vous faire découvrir un trio de garçons super cool qui dédient leur carrière à créer des recettes de muesli originales, équilibrées et excellentes (disons-le !) pour que nous puissions nous régaler le dimanche mais également tous les matins ! Manger sain n’a jamais eu autant de bon !

Je vous présente donc les Muesli Boys, créateurs de la marque française de muesli Dear Muesli (je vous ai dit que c’était mes chouchous ??).

dear-muesli-muesli-boys-photo-groupe

1. Présentez-vous : qui êtes-vous, d’où venez-vous, comment vous êtes-vous connus ?

Bakang : Hello, je m’appelle Bakang, à ma droite Dikom et à sa droite Sylvain. Dikom et moi sommes français et Sylvain est américain. On travaillait tous dans une boutique de vêtements à mi-temps, un job étudiant pour arrondir les fins de mois.

2. Si je comprends bien, l’amour (forcé dans un premier temps !) du muesli remonte à votre enfance et à l’ingéniosité de vos mamans ? Quand avez-vous changé la donne pour créer Dear Muesli et quel a été l’élément déclencheur ?

Bakang : Oui c’est tout à fait ça ! Et puis vous connaissez les mamans, disons que la ruse a eu raison de nous et de nos papilles ahah.

Sylvain : « À la base on est des sportifs et comme j’amenais tout le temps mon mason jar rempli de muesli  au boulot »…

3. Quel est le concept de Dear Muesli ? Comment trouvez-vous vos recettes et quels aliments utilisez-vous ? Est-ce bio ?

Bakang : Le concept de Dear Muesli est la volonté de créer des recettes saines et savoureuses, mais surtout gourmandes, pour recréer l’excitation au petit déjeuner chez les jeunes adultes. On en mange depuis qu’on est petit et on s’est dit qu’on pouvait faire beaucoup mieux que ce qu’on trouvait en grande distribution. On a aussi voulu répondre au problème qui nous est propre : il y a toujours un ingrédient qu’on n’aime pas quand on achète un paquet. Donc on offre aux gens la possibilité de faire leur propre recette sur mesure.

Et oui, tous nos ingrédients sont issus de l’Agriculture Biologique et tous nos fournisseurs sont certifiés.

dear-muesli-4-packs

4. Où peut-on se procurer vos recettes de muesli ?

Bakang : Vous pouvez vous procurer nos recettes principalement sur Internet et dans une vingtaine de points de vente en France : Papa sapiens, Cerise en potiron dans le Rhône-Alpes, L’épicerie fine du Palais de Tokyo, la Galerie gourmande du Palais des congrès, Myrthe, Le Garde Manger, au Season, L’Institut Bonté, les hôtels OKKO et d’autres.

Consultez leur site Internet pour retrouver toutes les adresses et acheter votre paquet de muesli !

5. Et à quand un bar à muesli dans Paris 🙂 ? Ça fait partie de vos projets de développement ?

Bakang : Carrément, mais on veut bien faire les choses. On y pense depuis très longtemps, même avant l’ouverture de tous les restos healthy. On veut vraiment bien faire les choses, donc on prend le temps.

6. Quelles sont les personnes qui vous inspirent et pourquoi ?

Bakang : Les personnes qui nous inspirent sont nos mères car elles nous ont tout donné et se sont privées pour qu’on puisse atteindre nos objectifs. Elles nous ont appris que tout rêve est réalisable si on se donne les moyens d’y arriver.

Ce sont aussi les personnalités comme Jay-Z, P Diddy, Nas pour leur côté « started from the bottom now we here ».

Un film qui nous inspire vraiment (plutôt une série), c’est « How to make it in America ». C’est l’histoire de deux potes qui tentent de créer leur marque de vêtement à NYC. C’est vachement inspirant.

Notre grand frère, Tonjé, qui se donne à 100% dans sa start-up AFROSTREAM ! Voir le gens qui se donnent à 100% ne peut que nous motiver.

7. Qu’est-ce qui a été le plus dur pendant la 1ère année de votre aventure ?

Bakang : Le plus dur c’est de devoir suivre au niveau des commandes avec les volumes qui grandissaient. C’est aussi de se dire quelles sont les priorités quand on n’a pas d’argent. Car on a commencé avec ZERO économies, pas un kopeck de côté, nada, rien. Chaque dépense, même celle pour créer les statuts, etc., était dure, car pas d’argent. C’est ça le vrai hustle.

dear-muesli-nuba-village-scandinave

8. Et entreprendre entre amis, ce n’est pas trop dur ? Comment gérez-vous les conflits (s’il y en a) entre vous ?

Bakang : Il n’y a pas de conflits entre nous, c’est juste des débats et des discussions (qui durent parfois longtemps). Ce qui est cool c’est qu’on est 3, donc l’un de nous peut trancher. À deux, ça doit être plus compliqué lol.

9. Si vous aviez un conseil à donner à nos lecteurs et lectrices qui hésitent à créer une entreprise, que leur diriez-vous ?

Bakang : S’il y a un conseil à donner, pour nous c’est  » Keep Hustling » !

dear-muesli-but-first-muesli

– Bonne continuation à vous 3 ! But first, muesli ! –

Vous devriez aimer

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!