Indonesie

Surftrip en Indonésie, dans l’archipel des Mentawai

Surftrip en Indonésie dans l'archipel des Mentawai

L’Indonésie, j’en ai toujours rêvé. Du moins cette destination a toujours fait partie de mon top 5 depuis que j’ai 10 ans au point que ce mythe s’effondrerait le jour de sa concrétisation. Mais, à force de repousser le projet, 20 années se sont écoulées avant de sauter le pas. Native de la Côte d’Azur, j’ai récemment emménagé à la Réunion pour rejoindre mon cher et tendre, prête pour de nouvelles aventures ! Ainsi, d’autres voyages n’étaient pas forcément programmés cette année mais ce n’était sans compter le vif engouement de l’Amoureux, mordu de bodyboard et prêt à rejoindre un surftrip dès qu’il le peut, qui me dit en novembre dernier : « Un surftrip en Indonésie en janvier avec les potes, ça te tente ?! ». Décision last minute, budget serré, je ne surfe pas, mais le rêve et le voyage me disent : « Fais une folie ! »… alors nous bookons nos billets très rapidement., du 7 au 20 janvier 2018.

Surftrip en Indonésie dans l'archipel des Mentawai

L’aventure avant l’aventure : la découverte de Padang

Voyager à partir de la Réunion peut être simple mais très vite coûteux ; du coup, un vol de 8h peut très vite se transformer en expédition de 3 jours. Surtout pour rejoindre Katiet, beaucoup plus complexe à atteindre que la traditionnelle île de Bali. Notre voyage se compose dès le départ d’escales successives plus ou moins longues : Réunion-Maurice-Dubaï et Kuala Lumpur où nous passons une nuit. L’aventure redémarre le lendemain pour un vol Kuala Lumpur-Padang (situé à l’ouest de l’île de Sumatra). Nous rejoignons Bruno dans sa super guest-house , New House Padang, où nous y passons la nuit (15€ en B&B). Bruno, spécialiste des Mentawai et de la région Padang, nous a grandement aidés à organiser notre voyage (nous savions déjà où nous voulions aller). Une partie de mes amis le connaissaient déjà depuis plusieurs surftrips donc c’est devenu un ami avec le temps ; il nous a même négocié certains tarifs et réservé notre logement ! Plein de contacts, il peut être un excellent tour opérateur pour ceux qui le souhaitent. Souriant et très hospitalier, lui et son staff indonésien sont toujours plein d’anecdotes et de bons conseils pour les backpackers de passage.

partir en surftrip en Indonésie et visiter katiet

L’après-midi me permet d’explorer la ville de Padang, grand port industriel mais qui a son charme. Ma balade me donne un avant-goût de ce pays qui n’est pas pour me déplaire. Petits shops, cantines de rue et marchands ambulants se succèdent et me font oublier les 30°C et le fort taux d’humidité environnants. Je suis déjà séduite et conquise par les sourires et l’accueil général des Indonésiens, les odeurs de poissons grillés au barbecue et le goût unique des Kopi Susu (cafés glacés à base de lait concentré sucré) qui me rappellent une gourmandise presque oubliée. Pour ceux qui souhaitent un dépaysement plus lent, le Safari Garden Café vous accueille avec un live band de talent. Ce restaurant à la déco très soignée et contemporaine propose des mets occidentaux mais aussi d’excellentes spécialités indonésiennes. Leurs mocktails très peu chers se laissent apprécier bien volontiers surtout celui à la menthe, litchi et citronnelle !

Départ pour Mentawai pour notre surftrip en Indonésie inoubliable

La traversée en bateau pour rejoindre l’île de Sipura

Le lendemain, sur le pont à 5h, nous embarquons à bord du Mentawai fast, qui nous dépose après 3h de traversée à Sioban, au Nord de Sipora, petit port de pêcheurs où nous déjeunons à la locale : un bol de riz et des plats en sauce bien pimentés ! Puis nous repartons à bord d’une grosse barque, plus rudimentaire cette fois, menés par 2 habitants de Katiet, pour atteindre notre losmen (guest-house indo). 1h30 plus tard je suis au paradis, j’ai du mal à réaliser. Je salue Katiet qui m’accueille avec ses eaux translucides et ses nombreux cocotiers.

Notre surftrip sur l’île de Sipura

Partir en surftrip est un concept de vacances bien spécifique (et sport !!) mais cette expérience fut pour moi oh combien enrichissante ! Ma devise « Je ne suis pas une Billabong-girl et en plus je ne sais pas surfer ; et alors ?? I can do it ! ». La confiance du groupe m’a en réalité permis de me dépasser jour après jour…

Au sein du Losmen Ombak, nous étions logés dans de petites huttes individuelles au charme local, sommaires mais agréables, avec salle de bain privative et 3 repas/jour pour une somme dérisoire (22€/personne/jour). Sans son aspect roots ça ne serait pas un vrai surftrip alors on a apprécié le lieu à sa juste valeur. Et si vous cherchez le confort d’un 4*, vous vous êtes bien sûr égaré ! Mais se réveiller avec une vue imprenable sur l’Océan indien, bercée par le chant des vagues et celui des oiseaux tropicaux, ça vaut tout l’or du monde !

Au quotidien, j’ai apprivoisé cette île paradisiaque de Sipura. Et je dirais que surfer ça se mérite ! Les vagues ne vous accueillent pas forcément les bras grands ouverts, c’est à vous de les dompter, de faire corps avec elles. Surfer c’est physique : cardio, gainage, nage et palmes-qui-font-mal au début dû à leur rigidité (pour le bodyboard) deviennent votre quotidien ! Il faut être persévérant et patient car reconnaître la bonne vague au bon moment n’est pas simple au début, être prêt à se prendre de l’eau plein la tête (l’image de la belle surfeuse disparaît alors !), s’essouffler pour remonter au pic, bien se positionner sur sa planche, et trouver le bon équilibre. Le vôtre finalement. Et la récompense est énorme ! J’ai appris les bases du bodyboard et ressenti des sensations dingues en prenant mes 1ères vagues. Cette sensation je la souhaite à tous ceux qui hésitent encore à se jeter à l’eau ! « Flat », « glassy », « take-off » et « dérive » ont désormais intégré mon vocabulaire et je n’en suis pas peu fière 🙂

partir en surftrip en indonésie

Tous en vacances, nous étions libres de nos journées, et surtout pas d’organisation pour nous ! Chacun à son rythme (et au rythme des vagues pour ne pas en louper une), nous étions libres de nos mouvements et libres d’explorer notre environnement ! Mais nous passions la plupart de notre temps dans l’eau et par chance je n’ai pas eu à prendre de cours de surf. Entourée par des potes passionnés depuis leur tendre enfance, ils m’ont accompagnée, coachée et chouchoutée pour m’apprendre les bases. Et on a bien rigolé ! Pas de jugement, pas de boule au ventre de « ne pas réussir du premier coup », on était entre nous, c’était tout ce qui comptait et surtout : S’AMUSER ! Pour ceux qui n’ont pas cette chance, certains Indonésiens ont un très bon niveau et je pense qu’ils n’hésiteraient pas à vous apprendre en l’échange de quelques billets.

Nous étions 11 au total et je peux avouer que voyager en groupe pour une personne qui n’a pas l’habitude n’est pas chose aisée mais j’ai appris à évoluer avec chacun. Puis quand les échanges sont de mise, l’humanité reprend alors sa place et sa définition. Et ça fait du bien !

En dehors du surf, que faire dans la région de Katiet ?

Sipora regorge de trésors insoupçonnables. Faire du snorkeling au quotidien m’a fait découvrir de sublimes fonds marins encore plus fournis qu’à l’île Maurice ! Eau turquoise, poissons tropicaux, coraux colorés et coquillages exotiques dépeignent le tableau d’une boîte à bijoux qui déferle sous mes palmes. La nature nous enrichit tellement !

Le village de Katiet est un témoignage humain inestimable. Les rues se parent de palmiers, bananiers et cacaoyers et vous pouvez vous enivrer de cette odeur inimitable des fleurs de frangipanier.

Concernant les us et coutumes et surtout l’aspect religieux de l’Indonésie, ce pays est à 80% musulman, ainsi la pudeur y est de rigueur. Et même si Katiet est à 60% protestant (hommes et femmes sont séparés pendant les cultes), cette valeur est respectée et il n’est pas de bon ton de se balader en bikini dans le village, le port du tee-shirt est hautement recommandé ! Je suis allée à la rencontre des habitants, très accessibles, qui vous saluent depuis leur modeste maison où le karaoké chante à tue-tête ! Un sourire, une salutation, des rires d’enfants heureux : quelle leçon de vie ! Je n’oublierai pas de mentionner WATI’s (qui n’a pas de site Internet, mais très facile à trouver), restaurant incontournable de l’île où la charmante maîtresse de maison vous sert une pâte de piment d’exception, homemade ! A cet instant la vie me paraît si simple et à la fois si belle. Je comprends dès lors pourquoi j’aime tant le voyage et sa rime attitrée : PARTAGE. Les jours se suivent, les vagues grossissent et disparaissent avec le soleil orange-feu.

L’aspect sauvage de cette île ne permet pas 1000 activités mais elle est reconnue comme le paradis des surfeurs (adresse fétiche des Australiens). Katiet est aussi un excellent remède pour se recentrer, décompresser, lâcher prise, faire le point sur sa vie et l’apprécier telle qu’elle est.

Terminer par Jophira, au sud de Padang

Après 10 jours passés sur cette île, notre séjour s’est achevé par un détour à l’écolodge Jophira Tintin (site Internet), situé au sud de Padang à une heure de bateau, sur l’île principale de Sumatra. La traversée vers ce 2ème paradis m’a rappelé la baie d’Halong, et par conséquent un doux et plaisant rappel à mes origines vietnamiennes. Ouvert depuis 3 ans, cet écolodge en harmonie avec la nature vous accueille dans sa paisible jungle pour 22€/personne (nuitée + 3 repas par jour).

C’est à 6 que nous avons apprécié cette unique nuit, coupés du monde, et tellement reconnaissants d’être là à cet instant. L’île de Sumatra, entourée de petites collines verdoyantes qui semblent naître dans l’océan, abrite une faune et une flore d’exception. Tortues, singes et varans ont d’ailleurs fait de brèves apparitions pour rendre le spectacle encore plus spectaculaire !

Je pourrais continuer à décrire longtemps cette aventure de surftrip en Indonésie tant elle m’a comblée sur tous les plans. Restée en mode avion par choix pendant toute l’aventure (déconnexion digitale !), j’ai su me reconnecter avec la vie, la vraie. Ressourcer mon couple et les bases de notre relation, faire de très belles rencontres. Concrétiser un rêve d’enfance et me réconcilier avec cette idée de la « démocratisation du surf » tout en repoussant mes limites !

Conseils pratiques :

  • Aucun visa n’est demandé pour un séjour inférieur à 30 jours en Indonésie
  • Faire les vaccins nécessaires un mois avant le départ
  • Un écran total SPF 50 est de rigueur même pour les peaux mates (la réverbération du sable blanc est fatale)
  • Un spray anti-moustiques spécial tropiques

Ce récit vous a été proposé par Sara, qui partage son temps entre la France métropolitaine, l’île de la Réunion et l’île Maurice.

partir en surftrip en Indonésie

Pour contacter Sara : son emailson compte Instagram


A lire également :

Vous devriez aimer

4 Commentaire

  • Répondre
    mdbmanon
    23 février 2018 at 2 h 14 min

    Quel périple! L’Indonésie fait clairement partie de ma wishlist. Apprendre à faire du Surf demande tellement de courage je trouve! Bravo Sara d’avoir persévéré. J’adore tes photos. Cet article respire la joie de vivre!

    • Répondre
      SARA MARION
      26 février 2018 at 15 h 25 min

      Merci beaucoup Manon, ça me touche beaucoup car ce partage était important pour moi! en effet la joie de vivre était au rendez-vous et je pense que lorsque l’on voit de tels paysages on ne peut que nager dans le bonheur! Pour le surf en fait c’est sport mais fun, il faut s’amuser et y aller. Je te souhaite un super voyage en Indo, j’espère vraiment que tu concrétisera cela!

  • Répondre
    Salinas caroline
    20 février 2018 at 0 h 20 min

    Top ! Ton article Sara ça rassure et donne envie de se jeter à l’eau côté surf !

    • Répondre
      SARA MARION
      26 février 2018 at 15 h 28 min

      Merci si tu as passé un bon moment de lecture et n’hésite pas fonce! le surf c’est fun et sans prétention 🙂

    Laisser un commentaire

    error: Content is protected !!