Indonesie

Voyage à Bali : nos bonnes adresses à Canggu et Ubud (été 2018)

guide de bonnes adresses pour un voyage à bali réussi

Comment éviter la foule lors de votre voyage à Bali ?

4 ans après mon premier voyage à Bali (en solo) où j’avais visité Seminyak, Ubud, Gili Air et Nusa Dua, j’y suis retournée en juin, en couple cette fois. Depuis cet été 2014 qui m’a fait apprécier les voyages seule, je savais que je retournerais sur l’île des Dieux. J’avais une énorme crainte : voir Bali complètement transformée, polluée, occidentalisée, bétonnée. J’ai choisi de ne pas le voir, ça ne veut pas dire que ce n’est pas le cas, mais Bali est une grande île et, fort heureusement, il est très facile de quitter le tumulte du triangle Seminyak-Ubud-Denpasar. Je vais vous partager dans cet article mes coups de cœur pour ce nouveau voyage à Bali (Canggu, Ubud, Klungkung et Sanur), très différent du premier !

Nous avons passé au total 25 jours en Indonésie : 15 jours à Bali et 10 jours sur l’île de Java, du 4 au 28 juin 2018. Un bon mix et une durée qui nous a permis de voir beaucoup de choses sans trop courir à droite à gauche. Bien sûr, je n’ai pas eu le temps de voir le quart de ce que j’aurais aimé faire, mais j’apprends à voyager plus lentement, à apprécier les moments simples, à ralentir le cours des journées.

Vous trouverez ici mes autres articles dédiés à ce voyage à Bali et Java :

Remarques et conseils généraux pour un voyage à Bali réussi

Communiquer

  • Le niveau d’anglais a vraiment progressé en 4 ans ; un réel plus pour communiquer !
  • Si vous n’avez pas Whatsapp, c’est le moment de télécharger l’application car ils passent tous par ce moyen de communication !
  • Quelques mots pour communiquer : Makasi = merci ; sama sama = de rien ; hati hati = attention ; bulé = étranger / occidental ; selamat malam = bonne nuit

Se déplacer dans Bali

  • La circulation s’est encore empirée ! Comptez près d’1h30 entre l’aéroport et Canggu (et 300.000 Rp la course en taxi) ! Prenez votre mal en patience et, lors de l’arrivée de votre vol international, préférez avoir le chauffeur de votre guesthouse qui vous attend ! Ubud est devenue très embouteillée. Privilégiez un logement au nord ou au sud de la ville et renseignez-vous avant s’ils offrent des shuttle pour vous déposer dans le centre-ville : super pratique et économique car les taxis ne courent pas les rues (ou vous demandent beaucoup d’argent !).
  • Pour vous déplacer, c’est nettement mieux organisé qu’avant. Utilisez les applications Grab ou Go Jek dans le sud de Bali et sur Java (ce sont les Uber locaux). Pas besoin d’avoir un numéro indonésien. Attention, à Ubud les chauffeurs vous écrivent par WhatsApp et vous doublent ou triplent le prix de la course ; il faut passer par les réseaux de taxis locaux. Certains coins de l’île sont très protectionnistes des chauffeurs de taxi locaux ; il faudra donc vous adapter en fonction de là où vous serez.
  • Le mieux reste de louer un scooter (50-70.000 Rp par jour et environ 20.000 Rp le plein d’essence). Mon copain ayant le permis moto, j’ai pu découvrir Bali de manière plus libre (et moins coûteuse, avouons-le !). Portez un casque et demandez-en un 2ème si vous êtes passager ; ils ne le feront pas d’office ! Le permis international est obligatoire pour conduire un scooter car pas de 50 cm3 là-bas, il n’y a que des 125 et au-dessus. On en avait fait la demande plusieurs semaines avant de partir mais ça peut mettre 3 mois à arriver. Si vous ne l’avez pas, ça ne vous empêchera pas de louer un scooter mais si vous vous faites contrôler ça ne passera pas… Sur différents groupes Facebook j’avais lu cette astuce que j’ai faite pendant les 25 jours : avoir un 2ème porte-monnaie dans lequel vous mettez maxi 200.000 Rp. C’est votre porte-monnaie « police ». Vous leur glissez un billet pour qu’ils ne vous ennuient pas, mais il ne faut pas qu’ils voient que vous avez d’autres coupures… C’était l’instant « pas bieeeeen » de Fanny 😉

Sentiments divers

  • Ça construit de partout… Seminyak est devenue très bétonnée. Canggu l’est un peu moins mais pour le dépaysement on repassera ! Les coffee shops, restaurants et magasins sont vraiment magnifiques, très travaillés, mais je me croyais en Australie.
  • J’avais parfois l’impression d’être dans un Instagram géant ! Dans tous les cas, sachez que les Indonésiens adorent Instagram et que ça ne date pas de cette année ^^
  • J’ai adoré Nusa Penida : c’est Gili Air d’il y a plusieurs années sauf qu’elle est beaucoup plus grande et qu’elle a du relief. On retrouve le côté roots qui est si plaisant.

1. Canggu, la plus hipster

Canggu n’était mentionnée nulle part en 2014 ! Tout a bougé en 2015-16. L’argent arrivant en masse de Chine et d’autres pays, de gros investissements ont eu lieu à Seminyak, forçant les promoteurs à remonter le long de la côte ouest. Mais je trouve qu’à Canggu ils n’ont pas trop bétonné. Par contre c’est hyper trendy ! Pour le dépaysement asiatique on repassera (il y a beaucoup d’Occidentaux). Par contre, je trouve que c’est idéal de commencer par Canggu, tout comme je vous conseillais Seminyak en 2014 ! Cela permet de se remettre du décalage horaire en étant au bord de la mer, de prendre ses marques avec la conduite à gauche, de tester progressivement la cuisine indonésienne, d’avoir des connexions Internet partout (pratique pour établir son programme), de rencontrer du monde, etc. Beaucoup d’expatriés ont choisi de poser leurs valises à Canggu pour la qualité de vie, comme c’est le cas de notre exploratrice Nadiejda depuis fin juin 2018 !

Ce n’est pas parce que c’est touristique qu’il y a du monde partout ! Quand vous quittez Echo Beach et Canggu Beach par la plage et que vous remontez vers le nord (en dépassant la grosse statue d’Indra), vous découvrirez plein de grandes et belles plages désertes ! Il y a pas mal de vagues. Amateurs de surf, vous pourrez vous faire plaisir.

Dormir à Canggu

Nous avons séjourné 2 nuits dans un petit hôtel bien situé géographiquement et disposant d’une piscine (A7 Guesthouse – 512.000 Rp la nuit sans petit déjeuner), mais qui ne m’a pas plus enchantée que cela.

>> Canggu Beach Apartments

Nous avons également dormi dans un appartement trouvé sur Airbnb, au Canggu Beach Apartments. Une adresse à recommander, extrêmement bien située (dans une ruelle perpendiculaire à l’artère principale Jalan Pantai Batubolong), permettant d’avoir accès à toute la vie nocturne, le shopping, les restos et la plage à pied, sans en supporter les nuisances sonores. Canggu Beach Apartments a ouvert en 2017. La résidence comprend 15 appartements sur 3 niveaux, tous décorés et meublés avec goût, et une piscine commune. Il n’y a pas de restaurant mais ce n’est pas un problème vu sa situation ! Vous pouvez louer un scooter, organiser vos excursions, laisser du linge à laver, etc. à la réception. Clément, le propriétaire, est Français et ce projet est vraiment au croisement de son ancienne vie professionnelle, dans l’immobilier, et de sa nouvelle vie à Bali, avec sa femme et ses enfants. Je lui souhaite bonne chance pour la suite ! Si vous réservez chez lui, dites-lui que vous venez de ma part 🙂 Adresse : 89x  jalan Raya Batubolong, between warung Lacalita and warung Cucu, CangguSite Internet

Un autre hôtel me faisait de l’oeil : The Slow. Une nouvelle adresse, très portée sur l’art contemporain. Leur restaurant (que je mentionne ci-dessous) est ombragé et en extérieur. Ils ont également une terrasse en rooftop (pas ombragée donc y aller en fin de journée plutôt).

Mes bonnes adresses gourmandes à Canggu

J’ai plein de bonnes adresses à vous donner sur Canggu (et certaines que j’avais notées mais que je n’ai pas pu tester hélas) !

>> Pour petit déjeuner / déjeuner / bruncher / goûter :
  • Shady Shack : un restaurant végétarien entièrement en extérieur, dans la végétation. Gare aux moustiques ! J’ai pris une super food salad et clarence a pris un veggie burger et on s’est partagé un smoothie. Frais, bon et copieux. Page Facebook
  • Warung Gouthé : un gros coup de coeur pour ce repère de gourmands tenu par un couple de Français et ouvert début 2016. Ici, tout est fait maison, même le fromage et le pain ! Les portions sont huuuuuge. Bon appétit ! Page Facebook
  • Alter Ego : un coffee shop ouvert en mai 2018, où l’on peut bruncher toute la journée ! Nous avons partagé à deux un smoothie bowl avec du chia seed pudding, un smoothie et deux assiettes salées. Yummy ! Page Facebook
  • Nalu bowls : pour manger de gros açai bowls au petit déjeuner (à noter : à côté se trôuve l’espace de co-working Dojo, pour les digital nomads qui nous lisent ^). Site Internet
  • La Brisa : pour prendre un petit déjeuner face à la mer et regarder les surfeurs s’entraîner sur Echo Beach. Bon plan : -30% sur l’addition de 7h à 9h sur toute la carte du petit déjeuner. Les pancakes sont à tomber et les bowls aussi. Site Internet
  • In the Raw Bali – Beach Garden : je n’ai testé que leurs jus détox mais c’était frais et excellent, le tout dans un décor très « veggie ». Page Facebook
  • Crazy plate : un bar à tapas healthy et « avocado friendly », qui sert aussi de la cuisine indonésienne. Page Facebook
  • The Avocado Factory : une nouvelle adresse ouvert en 2018 pour les passionnés d’avocat ! Nous sommes passés devant mais n’avons pas testé.
  • Eat & Drink at The Slow : le restaurant de l’hôtel The Slow. Décoré comme une trattoria italienne, tout en extérieur mais parfaitement ombragé et ventilé, c’est un havre de paix en plein Canggu ! Nous n’avons pas testé la nourriture. Site Internet

The Slow

>> Pour boire un verre au sunset :
  • The Lawn : pas de cover charge ni de minimum à consommer comme à La Brisa. Ils sont réputés pour leurs cocktails. Bière à 50.000 Rp. Piscine avec vue sur la mer. Possibilité de se restaurer. Site Internet
  • La Brisa : entre 11h et 19h, l’entrée coûte 200.000 Rp par personne à dépenser en nourriture et boissons (exemple de prix : cocktail à 125.000 Rp ; bière Bintang à 40.000).
  • Seaduction, le rooftop bar de l’hôtel The Frii ou le Sand bar, bar en plein air sur le sable sont deux adresses additionnelles que je n’ai pas testées.
>> Pour dîner :
  • Fabbrica : pour déguster des pizzas à pâte fine. Très bonne adresse si les pizzas vous manquent 🙂 Site Internet
  • Ulekan a été notre dernier dîner lors de notre voyage à Bali. Nous le voulions authentique et exceptionnel à la fois ! Nous avons été servis ! Ulekan sert une cuisine indonésienne modernisée. C’est une excellente adresse dans un cadre très travaillé. Le menu dégustation vous permet de déguster des classiques et de surprendre vos papilles. Il coûte 250.000 Rp par personne (vous pouvez ajouter l’accord mets-vins mais nous ne l’avons pas choisi). Après un verre d’accueil, nous avons goûté en entrée la salade Ulekan et 3 autres petits plats à partager ; en plat : 3 plats et 2 riz (un blanc et un rouge) ; en dessert : un banoffee avec du lait de coco. C’est très copieux ! Tout est bio et/ou à partir de produits issus du commerce équitable. Site Internet

Pour résumer : on va à Canggu pour…

…la vie nocturne et les bars, les couchers de soleil, les coffee shops et restaurants instagrammables, les plages de sable noir et le surf, la communauté internationale. C’est un bon point de départ pour un circuit Bali. Restez-y 3 jours.

2. Ubud, toujours dans mon cœur mais attention où vous logez !

Quelle ne fut pas ma surprise de voir à quel point Ubud était devenue trendy et embouteillée (surtout à partir de l’après-midi) !! Ce fut un choc au début. Et puis on s’habitue à tout ! Mon conseil numéro un : évitez si possible de loger dans le centre-ville d’Ubud, surtout si vous prévoyez de louer un scooter ! Privilégiez le nord ou le sud, qui seront très tranquilles et proches des rizières, et si possible des logements qui offrent des navettes gratuites pour vous déposer / ramener du centre-ville. Car, je le rappelle, à Ubud on ne peut pas utiliser l’application Go-Jek (le Uber indonésien) et les courses de taxi peuvent vite vous revenir cher.

Je l’ai surnommée « la contrastée » car il faut voir derrière ce vacarme ambulant ! On ne peut pas voyager à Bali sans se rendre à Ubud, haut-lieu artistique de l’île, jouissant d’une situation géographique excellente. C’est donc tout naturel que le tourisme s’y soit développé. Néanmoins, cela n’enlève en rien à ses attraits : c’est le meilleur endroit à Bali pour ramener des souvenirs, des petits sacs en osier, des attrape-rêves, des céramiques, etc. C’est aussi un endroit où vous pourrez vous faire masser, faire du yoga, organiser des excursions en pleine nature facilement. Pour les plus courageux, il est même possible d’aller jusqu’à Munduk en aller-retour journée ! On y trouve des guesthouses adorables et des villas exceptionnelles, perdues dans la jungle ou les rizières. C’est verdoyant, toujours un peu plus humide (et parfois le ciel peut être vraiment capricieux !). J’aime le fait qu’à 10 minutes en scooter on ne croise plus personne à part des Balinais semant ou récoltant le riz dans leurs plantations et que l’on puisse sortir rapidement du béton, ce qui est moins le cas dans le sud de Bali.

Dormir à Ubud

J’ai une passion pour tout ce qui est découvrir et tester de nouveaux endroits, dénicher la petite adresse qui correspond parfaitement aux attentes. J’avais sélectionné 3 adresses sur Ubud et les trois se sont avérées être de jolies surprises ! Toutes les trois dotées d’une piscine (très important à Ubud puisqu’il n’y a pas la mer), elles étaient néanmoins situées dans des endroits différents et proposaient des prestions variées.

>> Villas Tegaltis

Gros coup de coeur pour cet ensemble de 5 villas regroupées autour d’une piscine commune à débordement, donnant sur les rizières. J’ai adoré l’endroit (un petit bled perdu au nord d’Ubud), la décoration, la salle de bain avec sa baignoire gigantesque, les repas servis sur notre terrasse (excellents) et l’accueil du staff. De plus, j’ai eu un super deal : nous avons payé 486.000 Rp par nuit petit déjeuner inclus ! L’hôtel met à disposition de ses hôtes un shuttle gratuit pour aller et revenir du centre d’Ubud (durée : 20 minutes ; 3 navettes par jour). Nous avons booké notre excursion pour le Mont Batur la veille pour le lendemain à la réception de l’hôtel. Adresse : Br. Tibe Kauh, Melinggih Kelod, Payangan, Ubud-Gianyar, 80571, Bali ; Site Internet

>> Tanah Merah Art Resort

Pendant deux nuits, nous avons eu la chance de séjourner dans la Villa Bojog, qui fait partie du complexe de 24 chambres Tanah Merah (situé au nord d’Ubud). Une déco psychédélique avec des singes partout, beaucoup de couleurs, une hauteur sous plafond impressionnante et des pièces d’art indonésien dans toutes les pièces, même dans la salle de bain ! Dotée d’une piscine privée à débordement et de grandes baies vitrées donnant sur la jungle avec, en contrebas, un cours d’eau, Ubud ne nous aura pas beaucoup vus durant notre séjour ! Hélas, il a beaucoup plu le jour de notre arrivant, mais cela n’a pas terni notre expérience ! Nous avons pu rencontrer Peter Bloch, le propriétaire, un Danois passionné d’Indonésie… et surtout découvrir sa collection d’art, digne d’un grand musée avec des pièces d’art, de sculpture, de céramique, de bijoux, de peintures, datant de plusieurs siècles. Le petit déjeuner (4 sortes) est inclus dans le prix des chambres. Un shuttle gratuit est mis à dispositions des clients (sur réservation, entre 9h et 18h), mais uniquement dans le sens hôtel-Ubud). Adresse : Jalan Melayang, Ubud, Bali 80571 ; Site Internet

>> Saudara Home

Bienvenue chez Albert, propriétaire français de cette maison d’hôtes comprenant 4 chambres spacieuses (et 2 chambres communicantes en plus en haute saison). Idéalement située, à 10 minutes en scooter des fameuses rizières de Tegalalang, Saudara Home bénéficie d’une piscine avec vue sur les rizières, d’un service de navette gratuite vers le centre d’Ubud jusqu’à 21h (25 min) et fait également table d’hôtes (le dîner entrée-plat-dessert eau et boissons chaudes coûte 150.000 Rp par personne). Le petit déjeuner (4 sortes) est inclus dans le prix des chambres. Intéressant : Saudara Home organise des tours guidés à pied (3-4h ; environ 150.000 Rp) avec un guide du village qui s’appelle Ketut et parle anglais (et un peu français). Vous serez également juste à côté du sculpteur sur bois célèbre (on en apris plein la vue) : Made Ada (infos ici). Bien que je m’y sois sentie bien, la décoration de la chambre et le style de la salle de bain ne m’ont pas enchantée. Les goûts et les couleurs…  Adresse : Jl Pakudui, Desa kedisan, Tegallalang, Ubud, 80561 Bali ; Site Internet

Mes bonnes adresses gourmandes à Ubud

Parmi les adresses yummy testées et sur ma liste, vous pouvez aller là :

  • Art Café (sur Jalan Monkey Forest) : très bon et super déco, un peu bohème. Choisissez l’arrière-cour ombragée mais en plein air. Une petite musique tranquille, une brise, la quiétude…
  • Fair Warung Balé : un warung où 100% des profits sont reversés à une association pour l’accès à la santé. Déco très sympa, prix hyper corrects. Mets variés et excellents ! Le personnel, âgé de 14 à 22 ans, est en formation pour apprendre le métier. Site Internet
  • Locavore : s’il n’y avait qu’une adresse à retenir à Ubud, ce serait celle-ci… et nous n’avons même pas eu le temps ! Je vous en parle car vous ne devez pas faire la même erreur que moi 😉 Locavore c’est une cuisine moderne qui n’utilise que des produits locaux et donc de saison. Plus de 95% des produits sont Indonésiens. Depuis 2016, ils ont même créé une team qui est en charge de sourcer des producteurs dans toute l’Indonésie, en mettant en avant les spécificités régionales. Site Internet
  • Watercress (sur Jalan Monkey Forest) : vous aimez les salades et les burgers, les smoothies, les mets colorés ? Vous êtes à la bonne adresse ! Non seulement les plats sont délicieux (nous avons pris des burgers végétariens aux pois chiche, des frites et un smoothie avec des super aliments), mais la déco est canon ! Installez-vous à l’étage pour être plus au calme. Site Internet
  • Clear Café : un café et un centre de bien-être au même endroit, derrière une énorme porte en bois. Leurs jus et smoothies sont excellents (produits bio – fermes locales) et l’ambiance générale est apaisante. C’est en fait un centre de bien-être intérieur et extérieur, donc les aliments consommés ont une fonction qui est expliquée aux clients. Site Internet
  • Carik Terrace Warung : non pas que ce soit l’adresse du siècle, mais elle a une vue imprenable sur les rizières de Tegalalang (car on ne voulait pas payer l’entrée et se retrouver au milieu de tout le monde) et même une petite balançoire pour faire une jolie photo, certes moins acrobatique que les grandes « swings » que l’on voit un peu partout sur Instagram, mais surtout moins risquée ! Plats à partir de 50.000 Rp / boissons à partir de 20.000 Rp. Page Facebook

Moment détente : j’ai testé le spa Fivelements au sud d’Ubud

Fivelements est un havre de paix au bord d’un cours d’eau, pour dormir (9 villas), manger et prendre soin de soi. Ce centre de bien-être a ouvert fin 2010. Il est possible de venir juste pour un soin ou manger au restaurant et profiter de la piscine.

La cuisine du restaurant est végétarienne, fine et savoureuse. Nous nous sommes régalés avec nos smoothie et jus detox suivis d’une salade accompagnée de tomates et tofu de noix de cajou fait sur place. Nous avons dégusté en plat principal un Laksa curry (un curry végétarien au lait de coco légèrement relevé) et enfin un gâteau au chocolat et glace vanille.

Puis j’ai fait mon soin de 2h appelé le « Fivelements treatment« , un soin signature comprenant : un bain aromatique au sel de mer, au citron et aux pétales de fleurs pour les pieds et les mollets ; une courte session de méditation ; un massage balinais à l’huile de coco ; un gommage du corps au sel de mer ; et enfin un bain aromatique de 20 minutes où ma masseuse a mis de l’huile, du citron, de l’orange, du gingembre, de la citronnelle et une sorte de poireau !! Une expérience fabuleuse, dans une pièce totalement ouverte, au bord du cours d’eau. Je pouvais donc sentir une brise sur mon corps et entendre le bruit de l’eau… A recommander si vous recherchez un moment d’exception à Ubud.

Mon plus beau souvenir : le lever du soleil sur le Mont Agung depuis le Mont Batur

Nous avons booké cette excursion à la réception de notre hôtel (Villas Tegaltis – mentionné plus haut), la veille pour le lendemain (anticipez un peu plus en haute saison). Coût : 400.000 Rp par personne.

Un chauffeur vient nous chercher à 2h du matin à l’hôtel (4 à 6 personnes par voiture et par guide) et nous ramène pour 10h/10h30 maximum. Comptez 1h de route environ, une première pause petit dej, encore un peu de route pour arriver à un parking où on nous a présenté notre guide pour l’ascension du Mont Batur. On a commencé à grimper à 3h45. Il vous faut de bonnes chaussures, un sweat et une veste. Les lampes torches sont prêtées et les vestes peuvent être louées (50.000 Rp). 2 personnes de notre groupe se sont arrêtées avant l’ascension finale et nous avons continué jusqu’en haut à 5h50 environ. On s’est assis, en silence, et on a attendu. Il y avait beaucoup de monde tout en haut mais on ne les voyait pas donc ça n’enlevait rien à notre spectacle. La sensation de fierté d’avoir fait cette randonnée (vraiment pas facile car ascension dans le noir, pierres volcaniques qui ne permettent pas réellement de prendre appui et cendres qui glissent comme du sable), l’excitation de voir le lever du soleil depuis le Mont Batur, la mer de nuages en face de nous, l’immensité du lieu, ont été notre récompense. Avant la descente, nous avons pris un 2ème petit dej avec notre guide. La descente est plus facile (mais glissante) et on redescend par une route goudronnée. Puis le chauffeur nous ramène dans nos hôtels respectifs. Pour information, je portais des chaussures de randonnée ultra légères Merrell Shoes, marque assez peu connue en France.

Pour résumer : on va à Ubud pour…

… découvrir l’aspect culturel de Bali, faire du yoga, découvrir les rizières en terrasse (Jatiluwih et Tegalalang étant les plus belles et au patrimoine de l’Unesco), poser sur une balançoire au-dessus des rizières, découvrir des coffee shops, se faire masser, trouver un peu de quiétude en dormant dans des guesthouses en dehors du centre d’Ubud, faire l’ascension du Mont Batur pour voir un lever de soleil, prévoir de partir vers le nord (Munduk…), acheter des souvenirs (art, vêtements, sacs, chaussures…)

3. Passer une nuit chez l’habitant dans la région de Klungkung

Lors de mon voyage à Bali en 2014, quand je suis partie seule, j’avais pris contact avec Léo, un guide balinais francophone que je vous ai chaleureusement recommandé. Je n’avais pas pu le rencontrer car il était pris (c’est le cas des guides francophones l’été : ils sont souvent réservés 6-8 mois à l’avance et privilégient les circuits), mais nous nous sommes arrangés pour passer deux jours ensemble et dormir dans sa famille, dans le sud-est de l’île, du côté de Klungkung. Nous n’avons vu aucun touriste dans cette zone-là. C’est vrai que la plage (sable noir) ne donnait pas envie de s’y baigner car il y avait des détritus laissés par terre (fêtes religieuses locales), mais l’environnement naturel, les rizières et les forêts tropicales m’ont beaucoup plu. Nous sommes passés par un marché aux poissons à Padang (je ne peux pas vous partager l’odeur et tant mieux pour vous !),avons rencontré des paludiers à Kusamba, sommes allés au night market manger martabak (sorte d’omelette cuite dans une crêpe), fait un cours de cuisine balinaise et appris à faire des offrandes avec la cousine de Léo. Ce séjour s’est terminé par une cérémonie religieuse officiée par l’oncle de Léo, prêtre du village, dans leur temple familial (la religion, les offrandes sont très fortement ancrées dans la culture balinaise). Si vous voulez également passer un moment chez l’habitant lors de votre voyage à Bali, je vous conseille de contacter Léo en direct en passant par son site.

Pour résumer : on va à Klungkung pour…

… un séjour chez l’habitant et apprendre sur les us et coutumes locaux, être dépaysé, rouler en scooter dans les rizières et les collines *sans casque*, aller sur un night market local

4. Sanur, inintéressante mais point de départ idéal pour Nusa Penida

Le peu qu’on a vu de Sanur (la route, les commerces, la plage et le port) nous a donné envie de la fuir ! Mais, je dois le reconnaître, c’était la ville idéale où dormir pour prendre un fast boat pour Nusa Penida le lendemain matin.

Dormir à Sanur

J’aimerais mettre en avant une super adresse si, comme nous, vous choisissez Sanur comme stop avant Nusa Penida ! Il s’agit d’Umah Bagus. Son hôte Yani est d’une gentillesse impressionnante et est hyper serviable. Elle nous a réservé nos aller-retours en ferry pour Nusa Penida et nous a prêté son scooter pour aller dîner. La chambre est simple mais propre (et avec la climatisation). Nous avons pu laisser nos 2 grosses valises chez elle pendant nos 4 jours à Nusa Penida ! Le guesthouse est à 10 minutes à pied du port de Sanur. Coût : 200.000 Rp la nuit sans petit déjeuner. Pour réserver c’est par là.

Pour résumer : on va à Sanur pour…

… voir un lever de soleil, être proche du port qui dessert les îles de Nusa Penida, Lembongan et  Ceningan, avoir une bonne situation géographique (proche de l’aéroport et des plages de l’ouest, mais aussi d’Ubud ou de la péninsule sud)


Pour compléter ces informations et mieux préparer votre voyage à Bali, vous pouvez consulter ces articles :

Vous devriez aimer

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!