Décider d'être heureuse Surmonter les difficultés Vietnam

Voyage Spirituel au Vietnam

vietnam-airlines-sunrise-voyage-spirituel-au-vietnam

Chaque voyage dans une contrée lointaine est un voyage qui nous bouscule, nous interpelle et nous amène à nous poser des questions. C’est souvent une des raisons sous-jacentes : en allant au bout du monde, nous cherchons indirectement à nous reconnecter à nous-mêmes, à nous découvrir autrement. Voici un article sur mon voyage spirituel au Vietnam. Voyager, c’est aussi s’adapter, accueillir la différence et la découverte. Souvent ces philosophies de pensées, différentes des nôtres, nous en apprennent beaucoup plus sur nous et notre fonctionnement que l’on imagine. Autant les accueillir positivement !

Le Vietnam est un pays où ce voyage intérieur/spirituel est réel et prenant. Ce pays d’Asie du Sud-Est apporte une toute autre vision de la vie, principalement à nous, occidentaux. Nous, qui sommes plutôt portés sur les aspects matériels, stressés, râleurs, souvent à voir le verre à moitié vide… Il nous fait du bien d’aller faire un tour au Vietnam afin de s’imprégner de son énergie. Un proverbe vietnamien dit : « Ne jamais transformer une mouche en un éléphant. » Les émotions sont éphémères dans ce pays. Une émotion traverse le corps et l’esprit mais elle n’est pas éternelle. Elle empêche d’ailleurs souvent l’humain de penser de manière sereine. Alors quand il s’agit d’émotions difficiles à maîtriser, pourquoi les laisser prendre le contrôle ?

Alors, comment laisser passer ces émotions ?

La respiration, au cœur de l’énergie positive

« Ce qui est dur et rigide meurt, ce qui souffle dure éternellement. » Voici ce que disent les Vietnamien.ne.s. A méditer… La respiration est ainsi le meilleur moyen pour se (re)connecter à soi-même et ne pas se laisser porter par les émotions. Des émotions bloquant souvent le fonctionnement de notre corps et nos pensées positives.

Les Vietnamien.ne.s transforment rapidement un problème en quelque chose de peu important. Tout dépend du problème bien sûr. D’ailleurs, le mot difficulté en vietnamien a 3 sens différents : difficulté matérielle, difficulté physique et difficulté spirituelle. Ils font alors le tri rapidement entre ce qui est vraiment important et ce qui ne l’est pas. La difficulté matérielle n’en est pas une. Le self-control fait partie intégrante de leur vie. C’est dans l’éducation, dès petit, qu’ils apprennent aux enfants à gérer leurs émotions différemment de ce que nous faisons en France.

Ils choisissent de prendre dès le départ beaucoup de recul, grâce à la respiration, dans un premier temps, afin de laisser passer ces émotions et retrouver le calme intérieur. Ils ne s’emportent donc pas aussi facilement que les occidentaux et ne se laissent pas guider par leurs émotions. L’émotion ressentie empêche le cerveau de fonctionner correctement pour eux, et pourtant cette émotion finira par passer, comme toujours… Alors à quoi bon la laisser prendre le dessus ?!

Le sens du bonheur

Pour les Vietnamien.ne.s, le sens du bonheur est d’être utile. La richesse d’un être humain ne réside pas dans le matériel ou dans son propre confort mais bien dans sa motivation et capacité à être utile pour la communauté, collectivité, pour sa famille et ses proches, etc.

Au final, il ne reste de l’Homme que sa renommée et son âme. Thung, notre guide vietnamien durant ce voyage réalisé avec Vietnam Airlines, m’a ainsi raconté une jolie histoire : quand un enfant naît, celui-ci pleure et les adultes autour de lui rient de bonheur. Au cours de sa vie, cet enfant devra apprendre à devenir un adulte qui rit d’abord, pour qu’à la fin de sa vie, son entourage le regrette et le pleure. Les rôles s’inversent au cours de la vie. Ce qui m’a semblé très vrai.

La mort étant inévitable pour tou.te.s, ce qui compte pour eux, c’est ce que l’on fait du temps que nous offre la vie. Et pour les Vietnamien.ne.s le meilleur moyen est d’être utile.

vietnam-airlines-croisiere-bateau-my-tho

La prise de conscience personnelle

Un proverbe vietnamien dit « en accident, tu sais mieux qui tu es ». Proverbe révélateur de la prise de conscience d’un être humain pour ce qui compte vraiment dans la vie et ainsi de se centrer sur les éléments essentiels, quand celui-ci est confronté à des situations difficiles. Personne n’est parfait. Les Vietnamien.ne.s ont donc parfaitement intégré dans leur fonctionnement qu’il ne sert à rien de chercher quelqu’un de plus parfait que soi ou même de chercher à être parfait. De plus, dans l’histoire, le matériel est considéré comme éphémère, car finalement même si la maison est grande, ils se retrouvaient à l’époque tous dans les champs de riz, au même endroit.

Depuis la toute petite enfance, ils apprennent donc à faire la différence entre les différentes émotions qu’ils peuvent ressentir. Lorsqu’un enfant pleure, ses pleurs sont acceptés si c’est un mal physique, sinon ce n’est rien et l’enfant n’a pas de raison de pleurer.

A l’école, le système de valeurs est basé sur l’estime de soi, le partage et l’entraide. On apprend aux enfants que l’on a tous des forces et qu’il faut accepter les différences. Ne pas jalouser. Ne pas chercher à toujours vouloir être plus fort que quelqu’un d’autre. Nous sommes différents et c’est cette différence qui est une force. De plus, si nous sommes plus forts dans un domaine, nous sommes confrontés à plus fort que nous-mêmes dans d’autres. Et cela peut aussi évoluer dans le temps.

Parfois on a tendance à penser qu’en voyageant nos soucis resteront à la maison, nous permettant de voyager l’esprit plus libre. Mais il n’en est rien ! Ils nous suivent bien partout. Cependant avec ce type de philosophie et un mode de fonctionnement bien différent du notre, cela nous permet de relativiser quelques situations et au final pourquoi pas laisser ces soucis s’envoler.

Respirez profondément, concentrez-vous et connectez-vous à vous-mêmes. Voici un joli point de départ pour laisser s’envoler quelques émotions négatives.

 

Un voyage spirituel au Vietnam effectué en partenariat avec Vietnam Airlines en décembre 2017.  Une compagnie à découvrir ! Pour aller plus loin dans ces réflexions, vous pouvez lire les ouvrages du Maître supérieur Thich Nhât Hanh, qui dispose d’un centre de méditation en Dordogne, France.

 


Lire également :

Vous devriez aimer

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!